FR | ENG

Energie pour l’Ecodeveloppement

Contribution d'HELIO

SSN

HELIO a été un partenaire clé dans l'identification et le développement d'initiatives pertinentes au changement climatique, à l'écodéveloppement et à la réduction de la pauvreté.

Qu'est-ce que SSN ?

SouthSouthNorth (SSN) a vu le jour lors des négociations sur le changement climatique dans le cadre de la COP 5 de la CCNUCC à Bonn, en Allemagne, fin 1999. À ce stade, le Protocole de Kyoto était en cours de négociation. Un mécanisme du Protocole de Kyoto, le Mécanisme de développement propre (MDP), visait à associer les pays en développement et les pays développés pour créer des crédits de réduction des émissions de gaz à effet de serre grâce à des projets dans les pays en développement. On connaissait peu les règles qui seraient imposées dans le cadre du MDP et en particulier la façon dont l’exigence du développement durable serait institutionnalisée, déterminée ou mesurée. C’est pourquoi trois amis et collègues, Hélène Connor de HELIO International, Emilio La Rovere, professeur brésilien de l’Institut d’ingénierie de l’Université de Rio de Janeiro (COPPE UFRJ) et Steve Thorne, consultant énergétique sud-africain de Energy Transformations, Cape Town, ont décidé de présenter une contribution à la Conférence de 1999. Avec eux, un nouveau venu, Stef Raubenheimer, facilitateur de processus et de développement d’Afrique du Sud, qui a ensuite accepté le poste de PDG de SSN. Le document présente un outil d’évaluation de la contribution au

développement viable des projets MDP potentiels au moyen de critères et d’indicateurs. Le test de l’outil dans de vrais projets a été soutenu par Paul Hassing, collègue de longue date de Steve. Paul, représentant du gouvernement des Pays-Bas (DGIS) à la COP, et panéliste à l’événement, a soutenu la suggestion que l’outil soit testé en expérimentant des projets réels dans un certain nombre de pays du Sud. Cette idée de collaboration a réuni les ONG traitant du changement climatique aux Pays-Bas, en France, au Brésil, en Afrique du Sud, au Bangladesh et en Indonésie dans un nouveau partenariat. Plus tard, le Mozambique et la Tanzanie ont été ajoutés au portefeuille des pays et, en plus de l’atténuation, ont entrepris des projets d’adaptation. HELIO a joué le rôle de supervision et de suivi des projets au cours des deux premières phases du SSN. Les leçons apprises sont devenues un outil intégral utilisé par la Gold Standard Foundation, qui a ensuite été dépassé par les ODD. L’un des faits saillants de cette première période a été l’enregistrement du premier projet MDP en Afrique et le premier projet Gold Standard dans le monde. Le projet Kuyasa a été le premier à utiliser le concept de demande supprimée et une approche programmatique du MDP. À la fin de 2008, SSN s’était diversifié et avait ajouté un certain nombre de nouveaux projets à son portefeuille. Ceux-ci variaient largement entre formation, pratique de soutien et facilitation, tous dans les domaines du climat et du développement. Pour les années 2009 et 2010, ce portefeuille à large portée comprenait des travaux avec de nombreuses organisations telles que l’ONUDI, l’UNITAR, le PNUD, le FEM, le gouvernement danois, le FCO et d’autres. En 2010, le SSN a soumissionné dans le cadre d’un consortium pour le projet DFID et MINBUZA, connu sous le nom de Réseau de connaissances sur le climat et le développement (CDKN). L’appel d’offres intéresse la concurrence internationale, mais requiert un processus de sélection difficile, dont SSN faisait partie. À peu près au même moment, SSN et l’Energy Research Centre (ERC) de

l’Université du Cap (UCT) ont été contactés par la Fondation du Fonds d’investissement pour les enfants (CIFF) et ensemble ils créérent le Programme MAPS (Mitigation Action Plans and Scenarios).

Publications

Critères et indicateurs

Notre système d'indicateurs